Aux commencements, Anaximandre !

Anaximandre, le tenant de l’Apeiron, ne se contente pas de décrire ce milieu géniteur de l’univers : il décrit aussi les débuts du vivant. Il imagine avec une intuition prophétique, la Terre couverte entièrement d’eau. Les premières créatures y apparaissent. L’eau se retirant progressivement, les animaux aquatiques donnent naissance aux créatures terrestres, dont l’humain.

La Terre et le cylindre

Pour Anaximandre, sachons-le, la terre est un cylindre, dont nous arpentons la face plate. Rien ne la soutient, elle flotte dans l’espace, car elle est à égale distance de tout, au centre de l’univers exactement : toutes choses tombent vers elle.

UNE CRITIQUE DE THALÈS

Ami internaute, tu te souviens sans doute que Thalès, le premier philosophe de la nature grec connu, théorisait l’eau comme élément primordial de la nature. Il voyait la Terre flottant sur un flux aquatique infini. Mais voilà qu’apparaît un contradicteur, en la personne d’Anaximandre. Ce dernier pose une question simple mais, vertigineuse : si la …