On est toujours dans la définition de la science. Il est bien entendu que le terme science arrivera fort tardivement dans sa propre histoire. Dans l’antiquité grecque, dont il va être question plus tard, on parle de philosophie naturelle. Parce que c’est ça l’objet de cette discipline : expliquer les phénomènes de la nature, sans faire intervenir les divinités, le hasard (pas en tant que cause de l’émergence du phénomène en tout cas), ni la volonté propre des éléments. Par exemple, les feuilles de l’arbre ne tombent pas par la volonté de l’arbre.

Parce que si c’était l’arbre qui décidait, la seule science possible serait la psychologie arboricole. On y est presque, remarquez, avec les travaux de Ernst Zücher sur l’intelligence des arbres ! Il y a aussi des gens qui pensent que faire écouter de la musique aux arbres les fera mieux pousser (de préférence du Mozart, jamais du hard métal, allez savoir pourquoi). Et d’autres qui font des danses éthérées dans les vergers pour améliorer le gout des pommes… mais ça, c’est une autre histoire !

Soutenez Meybeck BD sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *